Make MSN Arabia your Home page

Retro 2012 : Les 10 évènements marquants au Maroc

  • 0
Retro 2012 : Les 10 évènements marquants au Maroc

Dans 5 jours seulement, l’année 2012 sera bel et bien terminée. L’occasion de revenir sur les 10 évènements qui ont marqué l’actualité marocaine.

1) L’affaire Amina Filali et l'article 475

Le suicide d’Amina Filali a certainement été le drame qui a le plus marqué les consciences cette année, non seulement au Maroc mais aussi dans le monde entier. Âgée de 16 ans, cette jeune marocaine originaire de Larache s’était donnée la mort après avoir ingurgité de la mort aux rats, après s’être vu forcée d’épouser l’homme qui l’avait violée. Juste après le viol de leur fille, les parents avaient pourtant porté plainte à Tanger. Au lieu d’inculper le violeur, le juge décide d’appliquer l’article 475 du Code Pénal stipulant que la jeune fille doit épouser son violeur pour lui éviter d’aller en prison et laver l’honneur des deux familles. Les associations militant contre la violence à l’encontre des femmes et les féministes réclament toujours que cet article de loi soit abrogé.

2) Des MRE retraités décèdent suite à la spoliation de leur terrain au Maroc

Cela fait un an que Benaïssa Friekh est décédé. Cet MRE sexagénaire est mort de chagrin, après que son terrain à Fès lui ait été volé et que le spoliateur y construise un immeuble, alors que Benaïssa Friekh souhaitait y construire la maison de ses rêves pour vivre, avec son épouse, une retraite paisible. Quatre mois après sa mort, un autre MRE sexagénaire Bouchta Makcharrad décède à son tour, d’un cancer, à cause du stress accumulé suite à la spoliation de ses terres d’oliviers à Meknès, une spoliation faite par un membre de sa propre famille. Lui aussi voulait construire sur ses terres une petite maison pour s’occuper de ses oliviers et y passer sa retraite.

3) Le racisme anti-noir

L’année 2012 aura été une année extrêmement difficile pour les étudiants et migrants subsahariens vivant au Maroc, victimes au quotidien de racisme, à cause de la couleur de leur peau. L’un des plus tristes évènements de l'année s’est produit en mai dernier lorsqu’un jeune malien a été tué dans une épicerie dans le quartier Takadoum à Rabat, après avoir refusé de laisser sa place à un Marocain, qui fou de colère, l’a poignardé à mort. Néanmoins, dans ce dossier, on se souviendra surtout de la une polémique publiée par le magazine Maroc Hebdo intitulée « Le péril noir » et de son dossier stigmatisant les subsahariens au Maroc en leur apposant une étiquette de clandestins et de voleurs, occultant les nombreux étudiants et salariés résidant dans le pays en tout légalité. Une une qui a traversé l’Océan Atlantique et qui a poussé le New York Times à s’intéresser de près aux difficultés de vie des subsahariens au Maroc et à dénoncer la discrimination qu'ils subissent au royaume à travers un reportage.

4) Les oubliés d’Addoha

Malgré les nombreuses promesses d’Urbatlas, filiale d’Addoha de les livrer en 2012, 2000 familles Marocaines, à grande majorité MRE, n’ont toujours pas les clés de leur appartement, acheté il y a 8 ans dans les Jardins Moulouya dans la ville de Saïdia. Pour l’association Acia, représentant les intérêts de ces familles, 2013 est l’année du passage à l’action. Elle ne veut plus se laisser mener en bateau, ni entendre parler des promesses de livraison du promoteur. Une équipe d’avocats et de conseillers juridiques basés à Paris accompagne actuellement l’association pour réclamer des dommages et intérêts suite à ces 8 années d'interminables d’attente. Les clients lésés prévoient début janvier des sit-in devant le siège d’Addoha à Paris mais également lors du SMAP Immo en mai 2013 dans la capitale française.

5) Yabiladi.com attaqué par Driss Ajbali

L’année 2012 aura été également marquée par le procès opposant le site www.yabiladi.com à Driss Ajbali, coordinateur général au sein du Conseil de la Communauté des Marocains de l’Etranger. Ce dernier a attaqué Web Stratégie, société éditrice du portail Yabiladi.com, pour « insultes, diffamations et atteinte à son honneur » sur la base d’un article documenté publié par Mohamed Ezzouak, directeur de publication, le 29 juillet 2012, intitulé « Argent public : le fabuleux train de vie d’un salarié du CCME ». Driss Ajabali demande 500 000 dirhams de dommages et intérêts dans le but de faire taire définitivement le site. Prochaine audience : le 14 janvier prochain.

6) Ciao Gerets, bonjour Taoussi !

C’est en septembre dernier que la Fédération royale marocaine de football a décidé de mettre fin au contrat d’Eric Gerets, l’ex-entraîneur belge des Lions de l’Atlas. Une fin intervenue quelques jours après la défaite amère de l’équipe marocaine face à l’équipe du Mozambique avec un score de 0 à 2. Quelques jours plus tard, c’est le Marocain Rachid Taouissi qui a été désigné comme nouvel entraîneur des Lions de l’Atlas. Taoussi s’envolera le 19 janvier prochain avec l’équipe marocaine en Afrique du Sud pour disputer la CAN 2013. Le Maroc est, pour rappel, dans le groupe A, aux côtés de l'Afrique du Sud, de l'Angola et du Cap Vert.

7) L’essence et le gasoil flambent

Les ménages marocains n’oublieront pas de sitôt l’année 2012 durant laquelle les prix de carburants ont augmenté. En juin dernier, 2 dirhams ont été ajoutés pour l’essence, le litre passant de 10.24 à 12.24 dh. Quant au gasoil, il a augmenté d’1 dirham passant de 7,20 dh à 8,20 dh le litre. Une augmentation des prix intervenant quelques jours avant le début de l’opération Marhaba et le début des vacances. Le gouvernement Benkirane avait décidé de cette hausse pour renflouer la Caisse de compensation. Une hausse qui a été répercuté sur les prix de la course en taxi et des transports en autocar.

8) Assaut sur les îles espagnoles au large du Maroc

Malgré la crise qu'elle traverse, l’Espagne fait toujours rêvé. Les migrants clandestins n’ont pas manqué d’imagination en 2012 pour tenter d’atteindre la péninsule ibérique en prenant notamment pour cible les minuscules îles appartenant aux Espagnols situées en face des côtes marocaines. Du jamais vu. En septembre dernier, deux tentatives avaient été déjouées par l’armée espagnole. Lors de l’une d’elle, 68 immigrants subsahariens avaient nagé du Maroc pour se rendre sur l’îlot inhabité Isla de Tierra situé à seulement 30 mètres des côtes méditerranéennes marocaines, à proximité de Melilia. Mais leur séjour n’a été que de courte durée. L’armée espagnole les a embarqués à bord d’un hélicoptère pour les emmener à Melilia.

9) Boycott du film sur les Juifs de Tinghir

Le cinéma marocain a également eu son lot de misère en 2012. Le réalisateur franco-marocain Kamal Hachkar en a fait les frais cette année à plusieurs reprises. La première fois a été quelques jours après la diffusion de son documentaire « Tinghir-Jérusalem : les Echos du Mellah » sur la chaîne 2M en avril dernier. Plusieurs associations marocaines et membres du PJD sont montés au créneau accusant le film de vouloir de normaliser les relations avec Israël. Puis la seconde fois a été sous forme de boycott. En novembre dernier, son documentaire a été interdit de projection lors d’un festival de film à Agadir. Un boycott qui est intervenu alors qu’Israël menait une offensive contre Gaza, en Palestine.

10) Et carotte sur le gâteau !

Que serait l’année 2012 sans les fameuses fatwas controversées du Cheikh marocain Zemzmi ? Après avoir émis en 2011, une fatwa autorisant un homme à avoir des relations sexuelles avec le cadavre de sa femme, le Cheikh a conseillé aux femmes d’utiliser une carotte afin d’assouvir leurs désirs sexuels. D’après certaines rumeurs, suite aux propos de Zemzmi, plus aucune carotte n'était trouvable sur les marchés de plusieurs villes du royaume….

  • 0
Yabiladi

Ajouter un commentaire

Les champs obligatoires sont marqués *
*

*

Tous les commentaires postés ne reflètent pas l'opinion ou la vision de MSN Arabia.
Les utilisateurs sont responsables de leurs propres commentaires qui décrivent leur opinion personelle.

User Comments

0 comment

No comments available